écrire à 2vouzamoi
EMB Las Terrenas
 
 
 
 



 


C'était avant.....

Bien sur, beaucoup d'endroits dans le monde ont suscité ou suscitent de réels engouements. Plages immenses et désertes, cabanes de guingois au charme fou, douceur de vivre au rythme des tropiques.... On est envoûté, ais, souvent, on se lasse et l'on retourne vers son pays natal....Or, la majeure partie de tous ces précurseurs, de tous ces francais qui, un beau jour, il y a 40 ans ont découvert ce petit coin de paradis qu'est est restée ancrés ici, amoureux comme au premier jour du village, de la beauté de ses paysages, de la nonchalance du quotidien, de son humanité.
Parmi eux, Michel Voleau (oui…. Mon mari….)nous raconte ses tous premiers jours dans ce village étonnant qui n'était alors qu'un hameau de pêcheurs, il nous livre ses premières sensations, ses émois, qui ont marqué définitivement un virage dans sa vie de baroudeur.
1975....
Le tout premier "gringo" tombé sous le charme de Las Terrenas est Jean Desdames, dit Jeannot el Francese. Marié à une américaine, fille de l'ambassadeur des USA à Santo Domingo, c'est un peu par hasard qu'il est arrivé jusqu'ici. Mais, c'est en toute connaissance de cause qu'il s'y est implanté. Avec son copain René Techer et sa femme Anny, il crée le Tropic Banana.
Le Tropic Banana
Très vite, la réputation de douceur de vivre de Las Terrenas franchit l'océan et les premiers francais, avides de changement débarquent. Le Tropic Banana devient leur refuge et leur point de ralliement. Hôtel de charme et bar "à la mode", les "anciens" aiment à se remémorer les soirées inoubliables passées a faire la fête au son de l'orchestre de Coseco et de Papon (mais oui,celui qui fait griller de cochon chez Sandro, le dimanche). Les grands jours, Mariana Vanderhorst (madame le maire) et ses soeurs enflamment le public dans un incroyable show. Les grandes bières et les Cuba Libre coulaient à flot et les soirées s'éternisent jusqu'à pas d'heure.
Autre rendez-vous incontournable de ce temps cher au coeur de Michel, le Nouveau Monde et son mélange insolite de nationalités, de sexes et d'âges. Bon, c'est vrai …. les soirées interminables, un peu trop arrosées, se terminent souvent en bagarres générales, toutes nationalités confondues.....
Les premiers commerces
C'est Claude Breard, aujourd'hui décédé et son épouse Bernadette (madame la pharmacienne du Paseo) qui eurent l'idée lumineuse d'ouvrir la toute première boutique "chic" au village: La Gâterie face à l'actuel Paseo. Bien achalandée grâce à des produits inédits à l'époque, dénichés à la capitale, elle fit très vite le bonheur des expats de tous poils. Fanfan et Hélène ouvrirent la Salsa au Village des Pêcheurs, Paco et Sarah, sa jeune femme dominicaine fondèrent le Pacocabana, d'autres, comme Anne et Stéphane choisirent d'installer leur petit lolo à la Bonita.
Atmosphère bohême
S'il n'y avait pas de route goudronnée, pas d'électricité, pas de téléphone, peu d'autos à part une ou deux guaguas brinquebalantes qui réussissaient bon an, mal an, à se trainer jusqu'à Sanchez en empruntant une piste improbable, la vie était délicieusement douce dans ce petit village éloigné de tout. Bermudas décontractés, paréo pour Michel débarqué du Brésil, les pieds nus... on vivait d'un rien sans vraiment se soucier du lendemain. La jeunesse dorée de Santo Domingo fut très vite attirée par cet endroit qu'elle connaissait peu, par ses plages magnifiques, ses paysages paradisiaques et surtout par ces francais d'un autre monde et leur cuisine si "exotique", véritable choc culturel, exquise découverte. Parmi les afficionados, Pedro Quatrain, Oscar Orsini, Litvinnof Martinez ou encore Miguel Polanco que Michel appelait amicalement "le meilleur couturier du monde" vu la qualité des délicates "réparations" qu'il effectuait jour et nuit sur ces fous d'étrangers. Sans oublier le seul juge-avocat-notaire de l’époque Raoul Languasco, figure incontournable, un brin fantasque, que tout le monde connait à Las Terrenas

L'école francaise
Peu à peu, la vie s'organisait, de jeunes couples débarquaient et ....des enfants naissaient. L'idée d'une école se transforma bien vite en réalité. Une petite cabane de bois à l'emplacement de l'actuel Paseo accueillit bientôt 4 ou 5 bambins . Les cours du CNED y étaient dispensés par des répétiteurs recrutés parmi les nouveaux venus. L'Ecole Francaise était née. Elle fut le véritable déclencheur de l'arrivée en masse des francais à Las Terrenas, puis d'autres nationalités, hollandais, anglais, allemands, espagnols, américains et canadiens….
Conscient de l'incroyable attrait de l'endroit, Michel, bien avant de devenir le roi de la nuit avec son incontournable bar Le Syroz, s'improvisa agent immobilier, le tout premier au village. La cohabitation entre dominicains et étrangers se passait à merveille, sans heurts et dans le plus grand bonheur. En 1992, Oscar Orsini, afficionado des premiers jours créa Luz y Fuerza et donna la lumière à Las Terrenas. Les commerces et services se multiplièrent, les cabanes du Village des Pêcheurs s'inventèrent une nouvelle vie, les restos fleurirent de partout, quelques routes en dur furent ébauchées ....la vie se structurait.
Et aujourd’hui…..
Selon le fameux Wikipidea, le village compte aujourd’hui 18.000 habitants, parmi lesquels 6.000 expatriés (1700 Français, 1100 Italiens, 700 suisses et belges, 700 Canadiens, 500 Allemands et les Anglais, Espagnol, Néerlandais, Américains ...)…. L’ambiance y est toujours bon enfant et la cohabitation très sereine. Les routes sont toutes goudronnées, meme si l’on y déplore parfois un manque certain d’entretien. La capitale n’est plus qu’a deux heures d’auto et un aéroport flambant neuf accueille les touristes à 20 minutes de chez nous. L’agence immobilière de Michel a fait de nombreux petits, trop sûrement, on en compte des dizaines et les restos pullulent, ferment, renaissent de leurs cendres, s’inventent une nouvelle vie, referment, se refont une beauté, rouvrent….. c’est drôle, le seul qui tient la route depuis des décennies est tenu par un dominicain, Luis sur la merveilleuse plage de Coson…. A croire que tous ces étrangers n’ont rien à apprendre aux autochtones en matière de bons petits plats…..
Mais la vie est toujours belle à Las Terrenas et, au vu de la terrible actualité de ces derniers jours, et surtout du 13 novembre, même si notre cœur est avec tous ces malheureux touchés dans leur cœur ou dans leur chair, on se dit qu’on est quand meme bien ici.






Doris Voleau .18.11.2015

 

 

mentions legales
| team 2vouzamoi